“The limbo of purification” commence de mani?re classique mais efficace. Gros riff dans les aigus, double agressive et chant ?corch?, oui c’est bien du black metal. Sans ?tre original, il est effectu? dans les conventions, en respectant les r?gles de l’art. La musique se ralentit parfois pour m?nager des effets de variations de rythme bienvenus. Rien de particulier ? dire, si ce n’est que cela s’?coute agr?ablement et sans efforts.

? Death triumphant ? est dans la m?me veine. Paradoxe, la composition est bonne mais bien trop classique. Rien de neuf sous le soleil du black. Je ne dirais pas que cet album est un st?r?otype mais il est assez repr?sentatif de cette musique. Aucune exp?rimentation, pas vraiment de variations dans les titres qui sont relativement semblables. Blasts, cris, d?ferlements de riffs, toute la recette est l? et la sauce prend, mais vraiment, pas une once d’originalit?. Du black scolaire.

? With veins wide open ?, la m?me. Le break est un peu plus marqu?, avec la basse en avant, et repart sur un mid-tempo que l’on n’avait pas entendu auparavant. Les musiciens sont carr?s en tout cas. Ce titre n’est pas aussi violent ni aussi rapide que les premiers, et bien que plus vari?, je pr?f?re quand m?me quand ?a blaste plus. Dommage pour un disque qui n’est pas mauvais mais qui serait tr?s loin dans la liste des priorit?s ? acheter.

? Aeons of bloodlust ? revient ? deux cent ? l’heure et petit ? petit on trouve quand m?me du plaisir ? ?couter cette musique. Les riffs bien que typ?s black et dissonant trouvent parfois une certaine m?lodie. En tout cas ce morceau ressort un peu du lot sans apporter de monumentales ?volutions avec le reste.

? Relinquishment from the unlighted chambers ? est un peu plus travaill? dans une sorte d’intro martiale assez bien foutue avec une petite gratte acoustique. La musique fait parfois penser aux r?f?rences du genre, comme Dark Funeral ou Fall ov serafim.



? Hellstorms over the empyreans ? pr?cise l’impression que nous avions comme quoi, c’est le riff m?lodique qui dirige leur musique, tout en gardant une batterie ? la double qui ne faiblit jamais.

? Inhale the embers ? est un peu plus grandiloquente, ce qui ne dessert en rien Setherial qui ne s’en sort pas mal et ne parait pas ridicule du fait de la parfaite ma?trise des instruments des musiciens, bien qu’ils ne diversifient ni le chant, ni la batterie, ni la guitare. Le refrain est ici assez saccad?, ce qui ajoute un peu de diversit? encore. A vrai dire, mon opinion, ? la r??coute de cet album est un peu plus cl?ment, car en y pr?tant attention, la musique prend un peu plus d’ampleur.

? Devilry, wickedness ans scorn ? h?las, retombe un peu dans la platitude. Cet album est en effet assez morne avec quelques ?l?vations de temps ? autre, et si on s’y laisse parfois prendre et emporter chez Satan, il n’emp?che qu’il est bien dur de consid?rer cet album avec fougue et emphase. La musique est relativement solide et puissante mais la production ne leur fait pas honneur et aurait pu en ?tant am?liorer rajouter une touche ?pique qui aurait pu nous int?resser un peu plus.

? Curse of the manifest ? est un morceau de plus. Dommage parce que la musique donne vraiment l’impression qu’ils tournent en rond, en ayant fait le tour de la question en trois ou quatre morceaux pas trop mal foutus.

Voil?, je pense que tout est dit, cet album n’est pas mauvais en soi, loin de l?, mais est bien trop plat et conventionnel pour vraiment d?placer les foules. Avec leur pass? glorieux et leur technicit?, Setherial aurait pu aller plus loin et proposer un bon album au lieu d’un pas trop mal.

Note g?n?rale : 2,75/5

Production : 2,5/5

Packaging : 3,5/5

Style : Black metal

Le site officiel du label : www.regainrecords.com

Le site officiel du groupe : www.setherial.com

Le groupe : Infaustus (chant), Mysteriis (batterie), Kraath (guitare), Choronzon (guitare), Funestus Inferis (basse)