En effet, beaucoup de monde est venu les voir. Au point qu'ils ont fait deux dates parisiennes ? l'Elys?e-Montmartre (personnelement, je trouve ?a nul... ils aurient mieux fait de d?placer le concert dans une salle plus grande) et c'?tait sold out ? Marseille depuis plus d'un mois. Plus ?tonnant encore: la deuxi?me date parisienne, le vendredi 5 octobre, affichait complet depuis une grosse semaine alors que jouaient le m?me soir Dream Theater et Symphony X dans un Z?nith ?galement complet depuis longtemps! Comme quoi, les metalleux de France ne sont pas une esp?ce en voie de disparition autant qu'on pourrait le croire... La premi?re date parisienne ? laquelle j'ai donc assist? a finalement ?t? compl?te, mais le jour m?me seulement. Il faut dire que le programme ?tait particuli?rement all?chant sur le papier. Dimmu Borgir comme Amon Amarth sont de super groupes qui ont su devenir des r?f?rences chacun dans leur style. Pourtant, si ce fut un excellent moment, on n'a pas tout ? fait eu droit au concert d'anthologie qui nous ?tait promis, notamment parce que ce n'?tait pas vraiment du co-headlining comme annonc?, et aussi parce que le public n'?tait pas ? fond derri?re les deux groupes.

Il y avait un troisi?me groupe ? l'affiche pour ouvrir les hostilit?s: les Su?dois d'ENGEL. Il s'agit du nouveau groupe de l'ex-guitariste d'In Flames et de Gardenian, Niklas Engelin (d'o? le nom), et de l'ex-bassiste d'Evergrey, Mikael Hakansson. Leur album ?tant sorti dans le courant de la semaine, personne ne connaissait encore leur musique. Pour ma part, je n'en ai pas vu grand chose. L'ouverture des portes ?tait annonc?e ? 19h30, donc, arriv? sur les lieux un peu avant 19h, j'ai retrouv? Weik, Tiamat, F?f? et Griselda autour d'un verre dans le bar d'? c?t?. On entre dans la salle vers 19h20 et le groupe avait d?j? bien entam? son set. Merci l'Elys?e... De toute fa?on, ce n'?tait pas non plus fondamental, les trois ou quatre morceaux que j'ai vus ne m'ayant pas paru des plus passionnants. La musique d'Engel a en fait ce qu'il faut pour plaire ? un public jeune amateur de metal moderne. C'est un hybride de In Flames (p?riode r?cente) et de groupes plus martiaux comme Pain, voire Rammstein. L'id?e n'est pas mauvaise en soi, mais je n'ai pas trouv? le rendu exceptionnel. Je n'aime pas la voix, certains riffs sont bien efficaces mais d'autres sont trop typ?s "yo jump" ? mon go?t... Mais en m?me temps, on n'en a m?me pas vu un quart d'heure, ce qui est un peu trop court pour pouvoir se faire une id?e de ce que vaut vraiment la musique d'Engel. Ce qui est s?r, c'est que ce sont de bons musiciens, tr?s carr?s, qui ont en plus b?n?fici? d'un bon son. Mais je n'ai pas sp?cialement accroch? ? ce que j'en ai vu.

Un petit quart d'heure apr?s, le temps de prendre une bi?re au bar et de revenir devant, et les choses plus s?rieuses commencent. C'est en effet au tour d'AMON AMARTH d'investir les lieux, pour mon plus grand plaisir. Tout le monde le sait, j'ai toujours ador? ce groupe. C'est la sixi?me fois que je les vois sur sc?ne ce soir, et ils m'ont toujours mis une claque en live. Mais cette fois, ce sera un peu diff?rent. La prestation des Vikings a ?t?, une fois n'est pas coutume, irr?prochable, mais il manquait cette fois ce petit quelque chose qui diff?rencie un bon concert d'un grand concert. J'ai pass? un tr?s bon moment, mais pas autant que d'habitude. On ne peut pas incriminer Amon Amarth mais plut?t l'organisation de la tourn?e et le public, partag?. Le co-headlining annonc? n'?tait en effet que publicit? mensong?re: les Su?dois n'ont jou? que trois quarts d'heure, comme une premi?re partie ordinaire. Ca les a donc forc?s ? condenser leur play-list. Alors qu'ils ont pour habitude de varier celle-ci d'un concert ? l'autre tout en gardant les classiques indispensables, le choix des morceaux a ?t? cette fois-ci archi-pr?visible. On a bien s?r eu droit aux indispensables "Death in fire" (en troisi?me position pour bien mettre l'ambiance!), "Victorious march", "Fate of Norns" et un final ?pique sur "Pursuit of Vikings". On a eu ?galement un certain nombre d'extraits de "With Oden by our side", leur dernier album en date: les anecdotiques "Valhall awaits me" et "Runes to my memory", l'excellent "Cry of the black birds" et le surpuissant "Asator". Et c'est tout! Les albums "The crusher" et "The avenger" ont ?t? compl?tement zapp?s. "Once sent from the Golden Hall" et "Versus the world" n'ont ?t? repr?sent?s que par une chanson chacun (leur classique respectif). Cette play-list peut suffire pour quelqu'un qui ne connait pas bien le groupe, mais pour un fan, c'est tr?s l?ger. Ce que je n'ai pas trop aim? non plus, c'est l'ambiance dans la salle, tr?s attentiste. En fait, le public est divis? entre fans de Dimmu Borgir, visiblement plus nombreux, et fans d'Amon Amarth, assez dispers?s. Du coup, alors qu'un an auparavant, dans la m?me salle avec le groupe en t?te d'affiche, il r?gnait une ambiance de folie, c'?tait relativement calme. Ce n'est pourtant pas la faute au groupe. Il leur manque leur bassiste habituel, Ted Lundstr?m ?tant remplac? sur une partie de la tourn?e par un bassiste anglais dont j'ai oubli? le nom, mais ce n'est clairement pas d? ? ?a. Johan, leur chanteur barbu g?ant, se d?pense sans compter, s'adressant r?guli?rement ? la salle dans les quelques mots de fran?ais qu'il connait, levant r?guli?rement sa corne ? notre sant?, faisant chanter les refrains au public... mais ce n'est quand m?me pas la folle ambiance. Ce genre de choses me refroidit un peu par rapport aux tourn?es annonc?es en co-headlining... De toute fa?on, je pense qu'Amon Amarth est trop gros maintenant pour faire une premi?re partie. Groupe arrivant ? vivre de sa musique, t?te d'affiche du dernier Summer Breeze et toujours plac? tr?s haut sur l'affiche de la plupart des gros festivals, ils peuvent faire des dates n'importe o? sans risquer d'y perdre. C'est s?r qu'il n'y aurait jamais eu autant de monde pour aller les voir seuls. J'esp?re que cette tourn?e leur aura au moins ?t? profitable financi?rement et leur aura attir? de nouveaux fans... Enfin malgr? cette relative d?ception, j'ai bien aim? quand m?me!

Pour DIMMU BORGIR, ce sera autre chose! L?, le groupe est vraiment t?te d'affiche et ?a va se sentir. Le public black n'est certes pas le plus festif qui soit, mais les trois quarts de la salle sont enti?rement d?vou?s aux Norv?giens. L'ambiance et la temp?rature montent donc de quelques crans ? l'arriv?e du groupe. C'est avec une intro symphonique malsaine, deux fausses chandelles avec flammes artificielles ultra-kistsch et deux pr?tres de Satan (du moins je suppose...) en robe et cagoule pour faire l'animation (gros potentiel comique garanti!), que Dimmu Borgir investit la sc?ne. C'est sur "Progenies of the great Apocalypse" que s'ouvre la messe noire. Deux mauvaises surprises: tout d'abord, cette excellente chanson a ?t? amput?e de pr?s de deux minutes. Et le son est assez mauvais au d?part, surtout au niveau de la voix. Heureusement, ?a va s'am?liorer rapidement. Le groupe encha?ne sur l'excellent morceau d'ouverture de leur dernier album, "The serpentine offering", sorte de marche imp?riale de Star Wars version black metal. L?, c'est le grand spectacle avec film de reconstitution de bataille m?di?vale sur ?cran g?ant en arri?re plan et lights somptueuses. On aura droit ? ce genre de clips pour tous les extraits de "In sorte diaboli" jou?s. D'ailleurs, si je consid?re toujours l'album comme une semi-d?ception (trop de redite et pas assez de prises de risques), ses titres sont v?ritablement taill?s pour la sc?ne. Ca passe particuli?rement bien en live. Autre bonne surprise: "Puritanical euphoric misanthropia" et "Spiritual black dimensions" n'ont pas ?t? oubli?s avec quatre titres chacun. On a ?galement eu droit ? du "Stormblast", en l'occurrence "Sorgens kammer". Par contre, ? part "Progenies...", "Death cult Armageddon" a ?t? oubli?. Et du c?t? d'"Enthrone darkness triumphant", pas grand chose ? se mettre sous la dent: "The night masquerade" et, en rappel, "Mourning palace", certes. Mais ni de "In death's embrace" (ma chanson pr?f?r?e du groupe), ni de "Spellbound by the devil"... Je ne me plaindrais cependant pas de la play-list, car malgr? ces quelques manques, c'est globalement satisfaisant. La prestation du groupe est bonne. Les probl?mes de son du d?but sont vite arrang?s. L'essentiel du spectacle est fait par un Shagrath bedonnant mais communicatif et heureux d'?tre l? et un Galder roi de la grimace. C'est la cinqui?me fois que je vois le groupe et, en salle, ils ne m'ont jamais d??u. C'est ? nouveau le cas ce soir, avec une prestation solide, bien ma?tris?e, agr?ment?e en prime de jolis effets de sc?ne. Ca aurait quand m?me pu ?tre un tantinet plus long... Je ne sais pas si c'est d? aux horaires de l'Elys?e-Montmartre, mais 1h20 pour une t?te d'affiche, ce n'est pas ?norme.

Au final, m?me si je m'attendais ? mieux, c'est ? un tr?s bon concert que nous avons eu droit. Et ?a aurait ?t? encore mieux si les horaires de l'Elys?e-Montmartre avaient ?t? un peu plus rationnels et si la tourn?e avait ?t? un v?ritable co-headlining, comme annonc?. Encore que, de ce c?t?-l?, si c'est pour avoir un public nombreux mais divis? en deux et peu d'ambiance, cette formule ne me convainc pas vraiment...

Pierre